Mass Effect Legendary Edition

Mass Effect Legendary Edition est enfin arrivé. En tant que vétéran de la série Mass Effect, j’attendais sa sortie depuis un certain temps. Ces jeux sont vraiment spéciaux et représentent beaucoup pour beaucoup de gens. Et c’est à moi de vous donner mon avis dans notre critique de Mass Effect Legendary Edition.

Tout d’abord, il est important de préciser que Mass Effect Legendary Edition est un remaster et non un remake. Il y a une énorme différence entre les deux. En général, les remasters utilisent le code et les ressources d’origine et les modifient pour que les graphismes et les mécanismes soient à la hauteur des attentes modernes. Pensez à Uncharted : Nathan Drake Collection.

Les remakes, quant à eux, sont… euh… des remakes. Peu de code et de ressources d’origine sont utilisés. Au lieu de cela, l’équipe crée des ressources entièrement nouvelles et commence avec une base de code largement nouvelle. Le jeu qui en résulte est, en fait, entièrement nouveau. Pensez à Shadow of the Colossus 2018. Parfois, le jeu résultant est complètement différent de l’original, comme dans Final Fantasy VII Remake.

Mass Effect Legendary Edition (dorénavant, Legendary Edition) est le premier cas, et non le second. Mais je ne pense pas que ce soit une mauvaise chose. Loin s’en faut. L’édition légendaire apporte plusieurs améliorations techniques à la trilogie, comme des cheveux améliorés, de meilleures options de maquillage, la prise en charge des écrans larges 21:9 pour PC, des textures de bien meilleure résolution et des touches modernes comme l’occlusion ambiante.

Cependant, comme les jeux originaux n’utilisaient pas de fonctionnalités modernes comme les matériaux PBR (rendu à base physique), les améliorations visuelles ont un plafond. Heureusement, les jeux restent excellents.

J’étais surtout curieux de voir le premier jeu Mass Effect. Étant donné que c’est le plus ancien, il est raisonnable de penser qu’il a nécessité le plus de travail. Et en effet, l’équipe explique exactement ce qui a été fait pour ce premier jeu.

Mais j’ai été heureux de voir que ce premier jeu a reçu plus qu’une simple retouche visuelle. Des éléments réels de la conception du jeu ont également été modifiés. Cela inclut des choses comme le comportement de l’escouade et le HUD qui sont plus en phase avec Mass Effect 2 et Mass Effect 3. Il y a aussi des choses comme une meilleure manipulation des armes en combat. Ce sont toutes des choses que j’ai immédiatement remarquées. Les coupes, en particulier, ont bénéficié d’améliorations considérables en matière de cadrage, d’éclairage, etc.

Le plus grand compliment que je puisse faire à l’équipe est que Mass Effect 1 ressemble à ce que je pensais quand j’y ai joué à l’origine. Nous sommes tous colorés par la nostalgie. Mais il est rare que l’on joue à une remasterisation qui reprend ce qui a fait la qualité de l’original tout en l’embellissant pour qu’il corresponde au souvenir que l’on a de cette expérience originale.

À cet égard, l’édition légendaire rend le premier Mass Effect indispensable. Les modifications apportées à certains endroits sont assez importantes, comme le blizzard aveuglant sur Noveria. Cela a pour effet, peut-être intentionnel, d’amplifier la portée épique de cette première histoire qui n’a peut-être pas été entièrement transmise en raison des limitations techniques de 2007.

Pour cette raison, on peut dire que Saren est beaucoup plus menaçant cette fois-ci, grâce aux efforts de remasterisation. Cela me fait certainement prêter plus d’attention et apprécier Mass Effect 1 que je ne l’ai peut-être fait lorsque j’y ai joué à l’origine. Par conséquent, si Mass Effect 1 reste le plus « faible » de la trilogie, il est encore bien supérieur à de nombreux jeux actuels.

Dans l’ensemble, le travail de remasterisation en ce qui concerne les visuels, les cinématiques, l’animation et le gameplay général est exemplaire. À cet égard, l’édition légendaire est la meilleure façon de découvrir ces jeux si vous n’y avez jamais joué auparavant.

Cependant, l’histoire, les personnages, les arcs et les quêtes sont largement identiques à ceux des jeux originaux. Encore une fois, si vous avez joué aux jeux originaux comme moi, il n’y aura pas de surprise. Mais comme Mass Effect est une affaire de choix et de conséquences (oh là là), l’édition légendaire est une excellente excuse pour se plonger dans le jeu et faire des choix différents.

Par exemple, je n’ai jamais joué en tant que Male Shepard. Cela signifie que je n’ai jamais pu faire la cour à Ashley, Miranda ou Tali. J’ai utilisé le temps que j’ai passé dans l’édition légendaire pour revenir en arrière et vivre les jeux en tant que Shepard masculin. Et je dois dire que, même si Jennifer Hale de FemShep est la championne incontestée de la série, le temps passé à jouer en tant que Male Shepard a été rafraîchissant. C’est une expérience entièrement nouvelle, et j’apprécie les différences dans les conversations avec mes équipiers.

Une chose qui n’a pas changé au cours du travail de remasterisation, ce sont les performances des personnages, en particulier celles de vos compagnons d’équipage sur et hors du Normandy. En fait, l’amélioration des images donne plus de vie à ces personnages qu’auparavant. Le travail d’animation permet d’améliorer les performances déjà excellentes de ces personnages. Comme la première fois que j’ai joué à ces jeux, j’ai l’impression que ces personnages sont mes amis. J’adore discuter avec Wrex et flirter (plus qu’occasionnellement) avec Miranda.

L’audio est également remarquable. Les armes ont toutes un son distinct, même s’il n’est pas aussi cinétique que celui des jeux de tir spécialisés comme DOOM Eternal ou Call of Duty Black Ops Cold War. Le son des biotiques est également excellent. Dans le feu de l’action, je sais toujours, rien qu’au son, quelle est la biotique qui est tirée. Ce glorieux sifflement gélatineux de Warp ne vieillit jamais et reste extrêmement satisfaisant (les gars, amenez Liara et Jack partout).

La musique, oh la musique. La musique des jeux Mass Effect est vraiment exemplaire et s’améliore de jeu en jeu. À bien des égards, j’ai l’impression que la progression de la musique reflète les menaces de plus en plus graves qui pèsent sur vous dans chaque jeu. Au moment où Mass Effect 3 arrive, on le ressent vraiment. Le morceau Leaving Earth – l’un des premiers morceaux de musique que l’on entend dans Mass Effect 3 – est la plus grande métaphore de ce jeu. Le piano solitaire de l’humanité lutte pour la longue défaite contre les cornes et les percussions hurlantes des Moissonneurs. Ce morceau frappe légitimement mon âme chaque fois que je l’entends.

La version PC est mitigée. Du point de vue des performances, le jeu tourne magnifiquement bien. Je ne suis jamais descendu en dessous de mon rafraîchissement de 120 Hz à 4K en jouant sur une RTX 3080 et un CPU i7 8700k. Associés au HDR, les visuels et les cinématiques améliorés sont vraiment brillants. Ce n’est pas Cyberpunk 2077, mais l’édition légendaire est toujours aussi impressionnante et capture l’identité visuelle des titres originaux. De plus, le support du gamepad est inclus pour la première fois.

En outre, les trois jeux partagent un ensemble très similaire de menus d’options pour l’audio, l’étalonnage, la jouabilité, les graphiques, etc. Cela permet de créer une cohérence et une continuité lorsque vous passez d’un titre à l’autre ou que vous progressez chronologiquement de l’un à l’autre.

Cependant, les versions PC présentent des lacunes flagrantes à certains égards. Par exemple, si les raccourcis clavier primaires et secondaires sont disponibles, le nombre d’options graphiques sélectionnables est extrêmement limité. Il n’y a pas d’options permettant de régler les différents effets de post-traitement, le niveau de détail, etc. Le plus gros défaut est sans conteste l’absence de curseur FOV.

La caméra est incroyablement proche de Shepard. Cela peut convenir lorsque l’on joue à plusieurs mètres de distance sur le canapé d’une console. Mais nous sommes des joueurs sur PC. À une distance normale de l’écran, la claustrophobie est réelle. Heureusement, il existe un mod qui vous permet de régler le FOV sur les trois jeux indépendamment. C’est incroyablement facile à installer. Mais cela ne fait qu’empirer l’absence de curseur FOV. S’il est aussi simple de mettre en place des ajustements FOV, comment se fait-il que toute une équipe de développement n’ait pas été capable de le faire ? Je comprends que l’édition légendaire est une remasterisation et qu’il peut y avoir certaines limitations techniques. Mais il est clair que le réglage du FOV ne fait pas partie de ces limitations, comme le prouve un moddeur isolé.

De même, il existe un manque presque total d’options d’accessibilité. Même les plus basiques, comme les options de daltonisme, sont absentes dans les trois jeux. Encore une fois, je comprends qu’il s’agit d’un remaster, et qu’il peut y avoir des limitations techniques qui empêchent cela. Mais le fait de ne même pas avoir les bases n’est pas une bonne image de la part d’une équipe de développeurs professionnels.

Idéalement, j’aurais aimé voir la narration des menus, les verrouillages de visée, la synthèse vocale et d’autres options d’accessibilité. Étant donné que ce jeu est en HDR, il serait utile et même nécessaire de disposer de diverses options spécifiques à la vision. À cet égard, The Last of Us Part 2 reste la référence en matière d’accessibilité, et des jeux comme Watch Dogs Legion font également un travail remarquable.

L’édition légendaire de Mass Effect est très intéressante à résumer. Les jeux sont tous magnifiques et fonctionnent incroyablement bien. « Je devrais y aller » à 120 images par seconde ne vieillit jamais. Les améliorations apportées à Mass Effect 1 sont très appréciées et améliorent réellement l’expérience par rapport à l’original. D’un autre côté, les options limitées sur PC et la négligence apparente de l’accessibilité sont inexcusables, surtout pour un jeu qui sortira en 2021.

Mais par-dessus tout, rejouer à ces jeux m’a rendu triste. La série Mass Effect, Andromeda mis à part, est l’un des plus grands jeux de tous les temps. L’audace de la portée, des personnages et de la narration est inégalée par toute autre trilogie à laquelle j’ai joué.

Ces jeux représentent BioWare au sommet de son art. BioWare nous a montré l’aboutissement de tout ce qu’ils avaient appris dans leurs jeux précédents et a créé une histoire véritablement épique… et ils ont réussi.

Cela me dévaste, alors, de savoir que ces jeux appartiennent à une époque révolue. Le BioWare qui a créé ces jeux n’existe tout simplement plus. Le fait de rejouer ces trois titres ne fait que renforcer ce constat.

Je sais que je chéris chaque seconde que je passe dans l’édition légendaire. Ces jeux sont des trésors et méritent d’être reconnus comme tels.

Divulgation : Un code a été fourni à des fins d’évaluation.

La caméra est incroyablement proche de Shepard. Cela peut convenir lorsque l’on joue à plusieurs mètres de distance sur le canapé d’une console. Mais nous sommes des joueurs sur PC. À une distance normale de l’écran, la claustrophobie est réelle. Heureusement, il existe un mod qui vous permet de régler le FOV sur les trois jeux indépendamment. C’est incroyablement facile à installer. Mais cela ne fait qu’empirer l’absence de curseur FOV. S’il est aussi simple de mettre en place des ajustements FOV, comment se fait-il que toute une équipe de développement n’ait pas été capable de le faire ? Je comprends que l’édition légendaire est une remasterisation et qu’il peut y avoir certaines limitations techniques. Mais il est clair que le réglage du FOV ne fait pas partie de ces limitations, comme le prouve un moddeur isolé.

De même, il existe un manque presque total d’options d’accessibilité. Même les plus basiques, comme les options de daltonisme, sont absentes dans les trois jeux. Encore une fois, je comprends qu’il s’agit d’un remaster, et qu’il peut y avoir des limitations techniques qui empêchent cela. Mais le fait de ne même pas avoir les bases n’est pas une bonne image de la part d’une équipe de développeurs professionnels.

Idéalement, j’aurais aimé voir la narration des menus, les verrouillages de visée, la synthèse vocale et d’autres options d’accessibilité. Étant donné que ce jeu est en HDR, il serait utile et même nécessaire de disposer de diverses options spécifiques à la vision. À cet égard, The Last of Us Part 2 reste la référence en matière d’accessibilité, et des jeux comme Watch Dogs Legion font également un travail remarquable.

L’édition légendaire de Mass Effect est très intéressante à résumer. Les jeux sont tous magnifiques et fonctionnent incroyablement bien. « Je devrais y aller » à 120 images par seconde ne vieillit jamais. Les améliorations apportées à Mass Effect 1 sont très appréciées et améliorent réellement l’expérience par rapport à l’original. D’un autre côté, les options limitées sur PC et la négligence apparente de l’accessibilité sont inexcusables, surtout pour un jeu qui sortira en 2021.

Mais par-dessus tout, rejouer à ces jeux m’a rendu triste. La série Mass Effect, Andromeda mis à part, est l’un des plus grands jeux de tous les temps. L’audace de la portée, des personnages et de la narration est inégalée par toute autre trilogie à laquelle j’ai joué.

Ces jeux représentent BioWare au sommet de son art. BioWare nous a montré l’aboutissement de tout ce qu’ils avaient appris dans leurs jeux précédents et a créé une histoire véritablement épique… et ils ont réussi.

Cela me dévaste, alors, de savoir que ces jeux appartiennent à une époque révolue. Le BioWare qui a créé ces jeux n’existe tout simplement plus. Le fait de rejouer ces trois titres ne fait que renforcer ce constat.

Je sais que je chéris chaque seconde que je passe dans l’édition légendaire. Ces jeux sont des trésors et méritent d’être reconnus comme tels.



Leave a Reply

Your email address will not be published.

*
*
*